La rentabilité de la décarbonisation

Ascot Corner réduit sa consommation de mazout

Carboneutre pour 2050.  L’objectif Canadien est ambitieux, mais comme nous sommes tous actuellement contraint de revoir nos procédés en raison de la pandémie, il s’agit aussi d’une réelle opportunité de changer notre modèle économique afin de le rendre plus respectueux de la planète et aussi plus efficace et résilient.

Contrairement à ce que pourrait croire plusieurs, ce virage n’est en rien synonyme de chômage ou d’appauvrissement et les entreprises qui ont emboitées le pas peuvent déjà confirmer y avoir gagner au change.  Si de grandes et petites entreprises ont entamé ces changements, c’est qu’ils s’avèrent rentables par l’économie d’énergie, les gains de productivité grâce aux procédés plus efficaces, la revalorisation des matières résiduelles et la création de chaîne d’approvisionnement plus courtes. À titre d’exemple, le secteur québécois du fer et de l’acier est actuellement à revisiter le portrait de toute sa chaine de production afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serres et leur initiative est soutenue par le gouvernement du Québec à travers le fond vert. L’intérêt de ce type d’industrie à repenser ces procédés ainsi que les nombreux programmes gouvernementaux mis en place ne relèvent pas du hasard puisque les résultats se concrétisent et font une différence.  Effectivement, il s’agit d’un fait méconnu, mais actuellement au Québec, les secteurs où l’on observe le plus de réductions d’émissions de GES sont les secteurs industriels qui, pris dans leur ensemble, ont déjà dépassé la cible de 2020.

Certes, il n’est pas toujours simple d’adopter de nouveaux procédés et de revoir ses façons de faire, mais les choses bougent au Québec et il existe des moyens avantageux de repenser nos méthodes et de faire notre part afin d’adresser le problème climatique et de solidifier notre système économique.  La pandémie aura fait resurgir plusieurs failles dans notre société, mais elle nous aura aussi permis de se conscientiser.  Espérons que nous continuerons de mettre en place des stratégies nous permettant de revoir notre plan économique et d’opter pour des solutions plus saines, résilientes et durables sans trop tarder. Le moment est certainement le bon, les résultats et les outils présents et l’enjeux de décarbonisation, trop important.

 

Source : Du noir au vert, Le Devoir

Photo : ledevoir.com

Aimez-vous cette nouvelle?