L’énergie éolienne

Le mardi 4 novembre 2014

L’énergie éolienne Son impact sur les hausses tarifaires

Suite à la signature du protocole de Kyoto, le Québec s’est mit à chercher une énergie renouvelable autre que l’hydroélectricité produite par Hydro-Québec. De cette initiative est sortie l’idée de relancer l’exploitation de l’énergie éolienne. L’an passé, Luc Boulanger, directeur exécutif de l’Association québécoise des consommateurs industriels d’électricité (AQCIE), a expliqué que les consommateurs n’ont pas à payer plus cher pour leur électricité que parce que le gouvernement veut soutenir une certaine industrie. La même année, Hydro-Québec a réclamé une hausse des tarifs de 5,8%, desquels 2,7% peuvent s’expliquer par l’achat d’énergie éolienne. Après cette demande, plusieurs grandes entreprises ont fait bloc pour s’y opposer.

 

Dernièrement, Hydro-Québec Distribution a déposé une demande visant une hausse des tarifs de 3,9% auprès de la Régie de l’énergie qui s’appliquerait à l’ensemble du Québec dès le 1er avril 2015. Cette année, tout comme la dernière, plus de la moitié de cette hausse s’explique par le coût des nouveaux approvisionnements, principalement éoliens, ainsi que par la hausse du prix de l’électricité patrimoniale. Plusieurs facteurs expliquent l’ajustement demandé, soient le coût des nouveaux approvisionnements, principalement éoliens, le prix de l’électricité patrimoniale, les investissements dans les réseaux de transports et de distribution et les gains d’efficience réalisés par l’entreprise.

 

 Source: Hydro-Québec

 

En 2013, alors qu’Hydro-Québec était déjà pris avec des surplus, le gouvernement a donné son accord à Hydro-Québec d’acheter un nouveau bloc de 800 mégawatts d’énergie éolienne sous les demandes des entreprises qui en vivent, particulièrement dans l’Est-du-Québec. Le coût de ces nouveaux approvisionnements, estimé à 3 ou 4 fois le coût des vieilles centrales hydroélectrique, s’intègrera à l’ensemble des coûts du réseau conformément à ces programmes d’achat, ajoutant ainsi d’un seul coup un 2,1% à la demande de hausse tarifaire. Curieusement, c’est aussi en 2013 que Québec prenait la  décision de mettre fin au programme des minicentrales de moins de 50 mégawatts et d’annuler du même coup la construction de 6 minicentrales hydroélectriques.

 

Si cette demande soumise à la Régie de l’énergie par Hydro-Québec est acceptée, l’impact mensuel de l’ajustement tarifaire de 3,9% sur une petite maison serait de 5,14$ et celui sur une grande maison, de 9,46$. Malgré tout, les tarifs résidentiels des clients d’Hydro-Québec demeureront les plus bas du Canada et aussi parmi les plus bas de l’Amérique du Nord.


Aimez-vous cette nouvelle?



Retour à la liste des nouvelles


Partager